Historique du Golf

L’architecte américain Rocky Roquemore

L’idée principale qui, au début des années 90, a guidé l’architecte américain Rocky Roquemore était l’espace disponible, environ 87 hectares, pour implanter un golf au milieu d’une chênaie.

Cet espace a permis de créer un parcours, le plus long des Landes à la frontière du Pays Basque Sud, de larges fairways, des trous très distincts les uns des autres et parfois distants des tees suivants. Le parcours, très vallonné, n’est cependant pas pénalisant et si l’on réalise peu souvent des exploits, on joue généralement son handicap.

Lorsque Jean Lecouls, chef d’entreprise, initiateur du projet, demanda à l’architecte américain de dessiner ce parcours aux portes de Bayonne, les idées maitresses proposées par Rocky Roquemore furent les suivantes :

† Saisir immédiatement la stratégie à adopter grâce à l’appréciation visuelle de toutes les difficultés.

  • † Les fairways seront larges et confortables offrant un point de vue dégagé.
  • † Les bunkers, distribués en éventail, seront les gardiens vigilants des greens.
  • † Les greens seront, à l’image du parcours, très vallonnés.
  • † Les 7 obstacles d’eau accueilleront avec enthousiasme les coups mal orientés
Trou n°4, petit par 3

De magnifiques chênes, de vastes espaces

Situé aux portes de Bayonne et à 10 minutes de Biarritz, le Makila Golf Club est un par 72 d’une longueur de 6176 m. Mais lorsque vous le pratiquez, vous parcourez environ 9000 m.

Entouré de magnifiques chênes, conçu dans de vastes espaces, il propose de larges fairways, avec des trous distincts les uns des autres. L’architecte américain a su mettre en harmonie un découpage très stylé dans un site naturel grandiose, vallonné et boisé, pour permettre aux golfeurs de tous niveaux d’être à leur aise.

Seul ou en couple, en famille ou entre amis, vous retrouverez au Makila Golf Club le plaisir de la petite balle blanche dans un environnement exceptionnel, face aux montagnes basques.

Vous aimerez le trou n° 4, petit par 3 niché dans un écrin au milieu des chênes, d’apparence facile mais au résultat souvent surprenant. 

Le trou n°5, admirable et redoutable

Le trou suivant est aussi admirable que redoutable : un par 5 de 508 m dont le départ surplombe un environnement boisé. Heureux celui qui atteindra le green en 3 malgré un étang dévoreur de balles.

Quant au retour, comment ne pas avoir un faible pour le 12 (par 4) doté d’un lac protecteur du green.